Chut, les enfants lisent: Nao est en colère

nao-colere

Voilà un livre pour les enfants très jeunes, acheté dans un vide grenier. Une belle découverte: Nao est en colère de Kimiko

Pour quel âge?

L’idéal est sans doute entre 18 mois et 3 ans. Mon fils de 2 ans et demi l’aime beaucoup, il me le réclame tous les soirs depuis 1 semaine.

L’histoire

Elle est très simple, mais c’est ce qu’on attend d’un livre destiné à des enfants si jeunes. Nao construit une tour de cubes, pour son château, mais il n’y arrive pas, la tour s’écroule à chaque fois. Un 2ème enfant apparaît, il se moque de Nao. Nao s’énerve, donne un coup de pied dans un cube, qui finit sur le pied du 2ème enfant. Tout le monde se met à pleurer, ces pleurs collectifs finissent en câlin. Nao propose de construire un hopital pour venir soigner le pied de l’autre enfant.

Vous voyez, c’est très simple, mais c’est une situation qui parle beaucoup aux enfants de cet âge. En peu de pages, plusieurs problèmes qui les touchent de près sont abordés. Le fait de ne pas réussir quelquechose qu’ils entreprennent, et la gestion de leur frustration. Les éventuelles moqueries des autres. La colère. Les pleurs. la réconciliation, le jeu collectif, le fait de comprendre que ce n’est pas si grave… Des notions très simples. Mais cela fonctionne

Les illustrations

Grande, très colorées, très parlantes. Rien de révolutionnaire, mais mon fils s’arrête sur des détails malgré tout

Mon avis

Une belle découverte, un livre simple mais qui marchera à coup sûr auprès des enfants autour de 2 ans, un bon moyen de parler de la colère et de la frustration aux enfants. Et en plus, un livre peu cher. Que demander de plus?;-)

Je participe avec cet article à « Chut, les enfants lisent » du blog http://www.devinequivientbloguer.fr/

Publicités

Chut, les enfants lisent: la boîte aux mots interdits

51uxixfkmkl-_sx440_bo1204203200_

Cette fois ci, je voudrais vous parler d’un livre que nous avons acheté dans le cadre d’un festival du livre organisé par l’école:

La boîte aux mots interdits, de Marie Bataille (Auteur) et Ulises Wensell (Illustrateur)

Il s’agit d’un livre issu des « Belles histoires » qui convient sans problème à partir de 4 ans, peut être même avant. Et qui a intéressé ma fille qui à l’époque en avait 7.

L’histoire

C’est l’histoire d’un petit garçon dont le papa, maître Tôa, est professeur de Dignité. De ce fait, il est très à cheval sur le langage employé chez lui, et interdit absolument tous les mots un peu étranges, un peu rigolos que l’on pourrait employer. Il les enferme dans une petite boîte: la boîte aux mots interdits. Il est bien évident trop tentant pour ce petit garçon d’avoir une telle boîte dans la maison, et un beau jour, en l’absence de son père, il va libérer tous les mots interdits. Ces mots interdits sont de petits êtres aux formes étranges, ils vont s’empresser d’aller chatouiller, taquiner tous les voisins. Mais bien loin de gêner les gens, cela va beaucoup les amuser. Ces mots interdits (qui sont tous très mignons) vont leur apporter de la joie. Maître Tôa va très rapidement le comprendre. Le petit garçon ne sera pas grondé, mais deviendra responsable de la boîte qu’il pourra ouvrir à certains moments.

Ce que j’en pense

C’est un très beau livre. Il ne s’agit pas d’une histoire drôle mais ce livre arrache beaucoup de sourires aux enfants (et aux parents). Ils se demandent d’abord ce qu’il y a dans la boîte bien sûr, partagent la curiosité du petit garçon, et sont émerveillés par tous ces mots magiques qui sont aussi coquins qu’eux. Et ils aiment entendre le son de  ces mots tout mignons qui ne sont pas courants: patapouf, chouia, chichi, tripatouille, … ils ont tous une sonorité rigolote. Un bon moyen de jouer avec les sons, pourquoi pas pour essayer d’en inventer d’autres.

Bref, un chouette livre, qui ne coûte pas grand chose en plus 😉

page38

Je participe avec cet article à « Chut, les enfants lisent » du blog http://www.devinequivientbloguer.fr/

Chut, les enfants lisents: Super-Sourde

super_sourde

Me revoici avec un livre qui a été offert à ma fille pour ses 8 ans. Il est donc tout indiqué aux enfants de 7 à 10 ans, mais mon fils de 5 ans et demi qui écoute également l’adore. Ils ne comprennent certainement pas les mêmes choses, mais tous les 2 sont fascinés par l’histoire.

Le style

Je ne connaissais pas de suite, et au début j’ai eu un peu peur car ma fille a décidé qu’elle n’aimait pas les BDs. Mais ce livre n’a rien d’une BD classique, d’un Boule et Bill ou d’un Astérix. Et mes enfants ont tout de suite accroché.

Les personnages sont incarnés par des lapins. Et après quelques pages, j’ai immédiatement pensé à la BD Maüs de Art Spiegelman qui utilise également des animaux dans une BD autobiographique (un chef d’oeuvre que je vous conseille vivement). Les images sont simples mais très parlantes, vraiment agréables. Et il y a beaucoup de texte pour compléter tout ça, ce que j’apprécie énormément. J’oublie parfois que je suis en train de lire une BD.

L’histoire

Après recherche sur le net, j’ai vu qu’il s’agissait d’une histoire autobiographique. L’auteur, Cece Bell, raconte son enfance et on écoute donc l’histoire d’une petite fille qui, suite à une méningite, devient sourde à l’âge de 4 ans.

On accompagne Cece pendant la découverte de son handicap, on suit son acceptation progressive, on comprend son rapport à l’appareil auditif qui lui permet certes d’entendre mais accentue également son handicap en le rendant visible. Cece va d’abord passer quelques années dans une école pilote, entourée d’autres enfants sourds, pour y apprendre notamment à lire sur les lèvres. Elle y trouvera beaucoup de réconfort mais devra par la suite réintégrer une école primaire classique, et là les choses vont se compliquer. Entre ceux qui la manipulent, ceux qui ne comprennent pas son handicap, ceux qui réagissent de manière inappropriée, il est difficile pour la petite Cece de trouver une vraie sérénité. Et il y a cet appareil si encombrant. Pour supporter cette différence, et s’en faire une force, Cece va s’inventer un personne de super-héroïne, qui entend tout mieux que personne grâce à l’appareil auditif en question: Super-sourde.

Mon opinion

C’est cette petite fille qui raconte, et le livre est tellement bien fait que l’on a vraiment l’impression de découvrir avec elle cet handicap, de partager chaque étape de l’acceptation de sa surdité, de subir ce qu’elle va devoir subir au quotidien, de se réjouir de certaines rencontres, moins d’autres. Mes enfants ont parfois le souffle coupé, je les vois souffrir intérieurement avec Cece, espérer que les choses aillent mieux, souffrir encore si ce n’est pas le cas ou souffler enfin quand une situation se débloque. Je ne pensais pas qu’une histoire si éloignée d’eux puisse les toucher autant. Ce livre leur montre une autre réalité, leur fait découvrir en douceur le handicap, tout en le situant dans un environnement concret qu’il connaisse par coeur. Ce livre détaille si bien les situations qu’elles leur parlent, qu’ils ressent réellement ce que Cece ressent.

C’est un livre à lire avec ses enfants, car il peut aussi apporter beaucoup aux adultes.

Je ne peux donc que vous le conseiller;-)

01ORIGINSPanelsREVISED

Je participe avec cet article à l’initiative « Chut, les enfants lisent » du blog: http://www.devinequivientbloguer.fr/

 

« Chut, les enfants lisent »: Crotte de nez

crottedenez

Voilà un livre au titre très poétique, n’est ce pas? Et je ne vous cache pas que le contenu l’est tout autant. Oui c’est un livre très pipi/caca/prout, mais il en faut aussi. Et celui là est tellement bien fait qu’il continue à faire hurler de rire mes enfants. Mon fils se tord littéralement de rire à chaque fois que nous le lisons, et rien que pour ça, ce livre est une perle.

Crotte de nez, d’Alain Mets

L’histoire est très drôle. D’un humour propre aux enfants de 3 à 5 ans en plein dans la phase pipi-caca qu’on aimerait voir le plus courte possible. Mais très drôle quand même. J’y ai déjà eu droit 2 fois à cette phase (la 3ème ne va pas tarder), et c’est parfois très lourd. Il m’est arrivé souvent de m’énerve, de ne plus supporter de voir mes enfants rire bêtement, en continu, juste à l’évocation des mots magiques. Ce livre a au moins le mérite de faire participer les parents à cette phase obligatoire dans le développement d’un enfant, c’est une pause pendant laquelle oui on a le droit de rire comme un fou de tout ça, et ca fait du bien.

Lire la suite

« Chut, les enfants lisent »: Corne de licorne et pet de dragon

106943797

Voilà un nouveau livre que je vous conseille, pour les enfants de 4 à 10 ans: Corne de licorne et pet de dragon de Claire Ubac et Irène Bonacina.

Il s’agit d’un livre très drôle, qui prend à contrepied les histoires classiques à base de dragons, licornes et autres êtres fantastiques qui sont toujours parfaits et résolvent tous les problèmes en moins de temps qu’il ne faut pour le dire. Un livre très drôle donc qui fait souvent mourir de rire mon fils (mention toute particulière au dragon qui pète des flammes bien sûr) mais le tient aussi en haleine alors qu’il est habituellement plutôt fan des documentaires.

Histoire

Ici, les héros sont tous des êtres fantastiques un peu déglingués, parfois même rejetés par leur communauté. On partage les aventures d’un dragon qui pète le feu par le mauvais endroit, une sirène qui chante terriblement faux, une licorne à la corne bien trop petite et un basilisc qui ne foudroie personne du regard tant il louche… Tous ces personnages sont émouvants de par leurs imperfections. Ils en souffrent tellement qu’ils décident de se rendre chez la bonne mère l’Oie, qui est censée pouvoir guérir toutes les infirmités. Cette bonne mère l’Oie va vite se révéler une vaste fumisterie, un piège destiné à attirer tous ces bras cassés pour les exploiter. Et nos héros ne vont donc pouvoir compter que sur eux mêmes, avec leurs imperfections qu’ils réussiront au final à transformer en atouts, afin de se tirer de ce mauvais pas et de libérer tous leurs camarades de galère.

Mon avis

Ce livre permet plusieurs lectures, en fonction de l’âge de l’enfant et de son humeur du moment. C’est tout d’abord un livre léger et très drôle. Les illustrations sont originales et rigolotes, mes enfants aiment beaucoup y chercher des petits détails. Il parlera à coup sûr aux enfants qui à ce âge là se marrent d’un rien…

Mais c’est aussi un livre qui permet de parler de l’acceptation de soi, des imperfections de chacun, de la force que l’on peut en tirer. Une jolie histoire qui parle de la cruauté, des illusions, de la solidarité, de beaucoup de notions qu’on peut ou non décider de creuser avec son enfants.

104000235
Je participe avec cet article à « Chut, les enfants lisent » du blog http://www.devinequivientbloguer.fr qui vous permet de découvrir plein de chouettes livres pour enfants au travers des blogs participants.

« Chut, les enfants lisent »: Sur l’île des zertes

83740027_o

Cette semaine, pour ma participation à « Chut les enfants lisent » organisé par le blog http://www.devinequivientbloguer.fr, j’ai décidé de parler du 1er livre de Claude Ponti que j’ai lu à mes enfants: L’îles des zertes.

Je n’ai pas la prétention de présenter Claude Ponti, mais son univers est à la fois poétique, drôle, parfois absurde mais toujours finalement assez proche de la réalité même si il nous emmène dans les mondes qui au 1er abord semblent si différents du nôtre.

A quel âge?

Cet album est facilement accessible pour un enfant de 5 ans, peut se lire à 4 ans si votre enfant est sensible à ce genre d’univers. Il paraît qu’on peut essayer dès 3 ans, mais ca n’aurait jamais marché avec les miens, ils auraient posé bien trop de questions. Il peut bien sûr se lire bien après… Lire la suite

« Chut, les enfants lisent »: livre pour enfants: « Ca, je connais »

ca-je-connais

Les imagiers sont un grand classique de la littérature enfantine, un passage obligé pour tous les enfants qui adorent découvrir au fil des pages les objets qui les entourent au quotidien ou au contraire des animaux qu’ils n’ont jamais vus. Ils enrichissent alors leur vocabulaire à une vitesse folle.

Sauf que voilà, au bout du 3ème enfant, moi, les imagiers, je peux plus les voir en peinture. Répéter et répéter encore les mêmes mots (surtout que généralement les enfants ont leurs pages préférées et bouclent dessus), revoir sans arrêt les mêmes photos/dessins, c’est lassant. Et généralement, tous les imagiers se ressemblent. On a beau essayé de varier, on en revient toujours aux mêmes objets, rien de neuf à se mettre sous la dent.

Alors, quand, pour la 1ère fois, j’ai découvert un imagier VRAIMENT original, qui aborde les objets sous un autre angle, celui de l’enfant, je dis bravo. Et c’est avec plaisir que je lis ce livre à mon petit dernier qui adore reconnaître les objets dont on ne lui parle jamais mais qui font pourtant partie de son quotidien: le verre de lait renversé, la banane un peu trop mûre, le tee-shirt ou le bavoir tout tâché, la poupée à qui on a coupé les cheveux ou la voiture qui a perdu 2 roues… Il y a de vrais perles dans ce livre et il provoquera, à coup sûr des sourires sincères!

Oui ca reste un imagier, mais il est différent et il apporte un peu de nouveauté. Je recommande vraiment ce livre, et suis très contente de pouvoir en parler à travers l’initiative « chut les enfants lisent »: http://www.devinequivientbloguer.fr. Pour les parents qui se sont lassés des imagiers classiques, et pour les enfants qui vont se régaler 🙂